Site officiel de la commune de Val-Revermont, Ain. | Mieux connaître Treffort - Site officiel de la commune de Val-Revermont, Ain.
Site officiel de la commune de Val-Revermont, commune de l'Ain. Vie municipale, démarches administratives, actualité, culture, sport, urbanisme, économie, enfance, jeunesse, solidarité et social
Val-Revermont, Ville de Val-Revermont, commune de Val-Revermont, mairie de Val-Revermont, ain, site officiel, commune de l'ain, bulletin municipal, Communauté de Communes de Treffort-en-Revermont, Revermont, treffortine, la miou
16313
page,page-id-16313,page-template-default,ajax_fade,page_not_loaded,,wpb-js-composer js-comp-ver-4.3.2,vc_responsive

Mieux connaître Treffort

Treffort

treffort-octobre-2016

La Bresse (de Brexia = forêt) fut défrichée au V° siècle par des colons romains et des moines bourguignons. Le Monetay (monastère) fut fondé à cette époque. Au VIII° siècle, le village gagne la position qu’on lui connaît aujourd’hui sur la crête rocheuse de Montcel.

Avril 1259 : première charte d’affranchissement et de liberté donnée par Albert de la Tour du Pin.

1285 : par le traité de Carcassonne, Treffort se trouve sous la dépendance du Duc de Bourgogne.

1289 : la Bresse est rattachée à la Savoie. Au XIV° siècle, le château est aménagé, l’église, les halles, les remparts et l’hôpital sont construits.

1475 : Philippe de Savoie interdit la vente des vins de Bourgogne en Bresse, ce qui protège le vignoble du Revermont. Cette interdiction est confirmée jusqu’à la Révolution.

En 1536, François 1er conquiert la Bresse mais en 1559, le traité de Cateau-Cambrésis rend la Bresse et le Bugey à la Savoie.

En 1595, les troupes de Henri IV envahissent la Bresse et les destructions sont nombreuses. En 1601 (traité de Lyon), Le Revermont passe de la Savoie à la France. Le château est en ruines du fait de la « dernière guerre ».

Le 26 juin 1640, la plupart des maisons de Treffort sont détruites par César du Saix, baron d’Arnans, officier du redouté général Lacuzon, officier des armées comtoises et espagnoles.

En 1802, décision municipale en vue de la destruction des remparts et des portes.

En 1810, les stalles de la Chartreuse de Sélignac (biens nationaux) sont achetées par Perrier de la Balme, maire de Treffort et installées dans le chœur de l’église.

En 1880, le phylloxéra arrive à Treffort, ce qui précipitera le déclin du vignoble.

Le 17 juillet 1944, Cuisiat est incendié au cours de la retraite des troupes allemandes. Treffort est épargné.

Le 1er décembre 1972, les communes de Treffort et Cuisiat fusionnent.

 Visite du Vieux Treffort

⦁ Pour mieux comprendre le vieux bourg, faisons tout d’abord un peu de Géographie et situons-le dans son site naturel (carte à la croisée des chemins, près du lavoir).
Treffort fait partie du Revermont, rebord occidental du Jura qui, de Lons-le-Saunier à Pont d’Ain, domine la plaine de Bresse par une faille de bordure.

Il constitue donc un élément de ce massif né à l’ère tertiaire du contrecoup de l’orogénèse (grec oros = montagne ; génèse = formation) alpine. La poussée de la plaque africaine, du SE vers le NO, a fait basculer le socle, retenu par le Massif Central à l’Ouest, les Vosges au Nord, et glisser les sédiments, surtout calcaires et argiles, déposés dans la mer qui le recouvrait auparavant.
⦁ La structure plissée qui en résulte fait alterner des plis convexes, les anticlinaux appelés ici « monts » et des plis concaves ou synclinaux, ici appelés « vaux ou vals » que l’érosion a sculptés : des crêts surplombent des combes, cluses (ex Nantua) et reculées (Baume-les-Messieurs, celle-ci du lavoir aux Engoulures) aèrent le massif que les glaciers quaternaires ont recouvert en laissant des dépôts comme dans la vallée du Suran.

Mais, surtout, c’est le travail des eaux, souterraines (vasbres, du celte valero) ou non, qui a façonné un relief appelé karstique, aux formes caractéristiques : dolines appelées ici combets ; lapiez ; grottes nombreuses (de l’Ours, Crêtelet…) ; résurgences (source du Sevron, grotte de Corveissiat) ; pertes de rivières (Suran) ; réseau de galeries souterraines (Drom).

Ce sol calcaire, pas très riche, après que les forêts initiales ont disparu (« coupes blanches » dès le Moyen Âge), donne naissance à une végétation calcicole : buis, genévrier, prunellier sauvage, et, de plus en plus, des pins, quelques chênes sur les sommets (emprunter le sentier botanique permet d’étudier cette végétation).
En revanche, la pierre du Revermont est un matériau de construction célèbre et recherché et son exploitation demeure.

⦁ Le climat, océanique dégradé plutôt que semi-continental (le Jura arrête les influences venues du NO), reçoit environ 800 mm d’eau par an, les étés et les automnes ne manquent pas de chaleur, à la différence des hivers parfois bien enneigés.

Ce climat tempéré et agréable ainsi que l’exposition du finage (territoire du village) – une partie au SO, une autre E-SE – ont, jusqu’au XIXe siècle, permis une intense activité viticole. Et Treffort fait partie de ces villages viticoles qui longent le Revermont même si, à la différence du « Vignoble de Lomont », la vigne, triomphante ici (800 ha) jusqu’en 1873 et la terrible crise du Phylloxéra (1873-1905), n’est plus que « sentimentale », faute de n’avoir su passer à un vin de qualité, suppléé par l’élevage laitier (zone du Comté AOC).

⦁ Treffort a connu une forte baisse de sa population au XVe siècle, pourtant déjà peu abondante. Ce siècle, comme le précédent, fait partie du « Temps des Calamités » où les épidémies (ex : Peste, surtout celle de 1348), les mauvaises récoltes dues à un climat moins clément, les ravages de la guerre (guerre de Cent Ans, luttes féodales) rendent les conditions de vie bien difficiles et la mortalité très forte malgré la stabilité apportée par la domination savoyarde.

⦁ Du XVe au XIXe siècle, la population de Treffort connaît une belle progression malgré encore de trop nombreuses guerres au XVIIe siècle où le vieux bourg, longtemps frontière, se trouve au cœur des conflits. Des progrès agricoles, l’essor de la vigne, de meilleures conditions de vie permettent une baisse de la mortalité à l’origine de la croissance démographique aux XVIIIe, XIXe siècles.

⦁ Croissance qui laisse place à une forte diminution de la fin du XIXe à celle du XXe siècle. La crise du phylloxéra, la terrible saignée de la Première Guerre Mondiale, le fort exode rural accentué encore après la Seconde Guerre expliquent ce recul. À signaler que, lors de celle-ci, en 1944, Treffort est épargné par le « Grand Brûle », à la différence de Cuisiat et de Pressiat.

⦁ Et il faut attendre des années 1980 à aujourd’hui pour voir un net renouveau du fait de la rurbanisation à l’origine de lotissements, de rénovations et aussi d’implantation de nouvelles activités.

Voilà donc quelques généralités géographiques, démographiques et administratives pour mieux appréhender la visite du « Vieux bourg ». Avant d’en retracer les grandes étapes chronologiques, on peut donc dire que Treffort, situé à une altitude comprise entre 224 et 601m, est un village qui s’est construit sur un site défensif ; aux eaux abondantes : le « Village aux 7 fontaines » ! ; au climat favorable où la vigne, apportée par les Romains a colonisé les pentes avant de disparaître face au phylloxéra. Composée de 14 hameaux, la commune tend de plus en plus à glisser vers le bas, sur la plaine agricole où grandissent lotissement et autres structures laissant le « Vieux bourg » à la curiosité des visiteurs qui arpentent avec grand plaisir ses rues parallèles, orientées N-S, entrecoupées de renons ou traboules qui épousent la topographie.


Origine du nom Treffort et quelques autres toponymes : (du grec topos = lieu, nymos = nom)

⦁ Le nom de Treffort viendrait du bas-latin tresfortia : trois entrées fortifiées. Le nom de Trefortium n’apparaît, dans un écrit, qu’en 974. Alors quelle est l’origine de ce toponyme ? car :
– le superlatif très n’apparaît qu’au XIIe siècle. Donc Treffort ne signifie pas très fortifié !
– 3 portes à l’entrée des 3 voies romaines (Est-Ouest par les Engoulures, au Nord vers Besançon ; au Sud vers Pont d’Ain). Or, au Xe siècle, il n’y a pas encore de remparts, donc pas de portes !
– Tres vient du latin tarns = au-delà. Le S et le F étant souvent confondus au Moyen Age, Treffort  signifierait « au-delà du fort » dont la première mention date du Xe siècle.


⦁ Autres toponymes

Nacaretan : du celte nans = ruisseau ; arto = ours
Vasbres : du celte valero = eaux souterraines, marécages
Cuisiat : nom d’un personnage ou d’un paysage boisé
Montenay et tous les noms en as, at, eu, eux, ieu(x), ay, ey… sont d’origine gallo-romaine
Villard : implantation sur les restes d’une villa gallo-romaine
Teppe : espace inculte, non boisé
Molard : sommet arrondi
Ripes : friches, broussailles
Montcel : petit mont…


La visite de Treffort : itinéraire commenté

31 – Départ du Lavoir de la Plate : 8 daté de 1845, construit par le charpentier Bizet, il est alimenté par la source du Caméléon (déformation de source du Canelon (?)) , à la suite de travaux de canalisation. Ce bassin rectangulaire, couvert par une toiture de tuiles creuses ou romaines portée par 14 piliers de chêne a été construit dans le cadre des aménagements devant permettre aux Treffortoises de venir rincer leur linge (préalablement lavé dans la cendre du cuvier) jusqu’au milieu du XIXe siècle.
À noter que son site, la combe de Cusille(ou plutôt une reculée! ) correspond à celui du premier village depuis l’âge de bronze (?), des premiers agriculteurs, jusqu’au Ve siècle ap. JC.
!Bien regarder le bourg « par en-dessous », surtout la différence de hauteur du toit de l’église.
32 –  Bief du Nacaretan : toponyme celte (nans : ruisseau, arto : ours cf. Grotte de l’ours, sous Nivigne). Il alimente le quartier des tanneurs (Pelans) depuis le début du XVe siècle (1ère tannerie en 1417).

33 – Rue du Pelot : de pel : poil ou pelo : gruau, toponyme franco-provençal, le nom provient plutôt du travail des peaux que de celui des grains (dans la cour des maisons) car la tannerie trouve ici l’eau nécessaire et tient son odeur à l’écart du village.

! Au bout de la rue : Fontaine Pithioud 1896 érigée en l’honneur de son élection comme maire.

34-35 Traboule, Poterne, Porte Sud : pont-levis et fossé en eau ont disparu.
1 Champ de foire6 : autrefois vignoble, le lieu a été aménagé au XIXe siècle (1824. Poids public en 1870), puis réaménagé en 2005, le parking entouré de commerces a remplacé l’ancien foirail mais peut encore servir de marché en plein air.

2- La Fontaine (1840) en forme de chapeau bressan dont la mousse fait la dentelle ! Le vainqueur des Esses y était baigné ! (Esses : course de côtes automobile !).

3-4 École des Filles, Fruitière, ancienne gare du Tram ou plutôt l’ancien Hôtel des Voyageurs, aujourd’hui l’Embellie, constructions caractéristiques des XIXe-début XXe.

5 – Borne savoyarde (XVIe) : se trouvait sur le Montcel et délimitait les paroisses de Treffort et de Cuisiat. Sur la tranche, la croix de Savoie, sur une face Cuisiat, sur l’autre Treffort (T gothique).

!Prendre la rue des Trois Jets à droite

6 -Fontaines des Trois Jets (1887 ?) : élevée par l’architecte Josserand et l’entrepreneur Delneste, elle amenait l’eau au cœur du village évitant ainsi de longs trajets à l’extérieur. Jusqu’en 1903, lors du Comice Agricole, en cas de bonne récolte, le vin y coulait par les Trois Jets !

7 – Maison de Vigneron (1864) : ancien entrepôt pour le vin. Outils du vigneron sur l’arche (houe, serpette, pelle ?!!!)
!En face, portes de cave typiques.

8 – Place de la Mairie : bâtiment typique de la IIIe République avec horloge et blason savoyard.
!Remonter par la Grande Rue.

9 – Maison avec brique, typique du XIXe siècle 10belle maison restaurée (art nouveau, ancienne perception( ?))

11-  Ancienne poste et gendarmerie !À droite la rue du Four Châtelain rappelle l’ancienne banalité

12-  Fontaine de la Porte Huile : avec coquille St Jacques (pas pour le pèlerinage mais symbole de l’amour de Dieu et du Prochain)

13-  Porte Huile : porte sur la Bresse, ouverte dans les remparts Ouest, son nom appelle plusieurs hypothèses : vient-il d’un ancien pressoir à huile installé là ? d’un assaillant vaillamment repoussé après avoir été arrosé d’huile bouillante ? est-ce une déformation de portail ?

!Monter la Grande Rue ; regarder la Maison Seyturier du XVe ; un des premiers seigneurs particuliers de Treffort, notaire, secrétaire du Duc de Savoie. Armoiries.

38 – Anciennes latrines  !à gauche en encorbellement sur la ruelle : tout se déverse dans la rue !

!Tout juste après, à droite

39- Belles fenêtres à meneaux en façade d’une belle demeure.
40- Porte de grange datée de 1840. ! À gauche, vue sur Jardins

14 – Remparts

16- Les Halles, construites au XIVe, d’abord avec des murs en torchis, une charpente remarquable et un toit de « clavins » (= bardeaux) puis en tuiles, elles furent détruites par un incendie en 1830 puis refaites dans l’état actuel (piliers…). Le dallage (carrons) a disparu. Elles constituaient le centre économique et administratif de la cité avec le marché et la gestion de la châtellenie : ainsi vers 1350 et cinq siècles durant :
⦁ chaque jeudi matin, 6 bancs de bouchers, 6 de tisserands, 5 de cordonniers, sabotiers, corroyeurs, 3 de potiers s’ajoutaient aux vendeurs de vin, grains, légumes, viandes, volailles…
⦁ l’après-midi, le châtelain tenait ses audiences publiques, collectait impôts et redevances…
L’assemblée villageoise s’y réunissait pour fixer la date des travaux (vendanges !) ; les corporations pour gérer les affaires communales (3 syndics élus pour une année), en lien avec la châtellenie
Au XIXe siècle, on y trouvait des maréchaux-ferrants, l’alambic…

17 – L’Hôpital Sainte Marie : date du XVe, une congrégation religieuse y accueillait malades et voyageurs. (Maison Gignoux)

18-  Ruelle des Lombards : banquiers, prêteurs sur gages comme dans beaucoup de cités moyenâgeuses. On y trouvait aussi le siège des corporations (pelans). Ruelle en piteux état, pavage ancien.

20-  La nouvelle châtellenie : le châtelain, représentant du seigneur, gère son domaine, son armée… Il résidait près du château mais a préféré s’installer ici, au cœur du village, près des Halles, de l’hôpital, dans une maison plus confortable, au XVe siècle, qui constitue dès lors, le centre administratif de la cité avec les Halles.
A voir : le linteau en accolade, fenêtres à meneaux, piliers en bois, cour intérieure, plutôt depuis la place des Tilleuls ! à laquelle on accède en prenant, à droite, l’Escalier de Montvernant qui longe, à gauche, le jardin de la cure, en délaissant un peu plus loin une Maison bourgeoise du XVIIIe-XIXe47

15-21 La Place des Tilleuls : la terrasse, ombragée par les tilleuls que Sully, ministre de Henri IV, aurait planté pour fêter le rattachement du lieu à la France en 1601, offre une belle vue sur la Bresse et la structure de la cité : 3 grandes rues orientés N-S, entrecoupées et reliées par des renons.
Descendre par la rue Ferrachat
41 – Rue Ferrachat ex rue de l’Industrie, tire son nom du latin ferrarius : forgeron ou ferratus : garni de fer. 4 On peut y voir de superbes maisons, joliment restaurées, dont la « Maison Vigneronne », avec des bacs d’évier, un ancien abattoir en cours de restauration au carrefour du haut ( ?) mais plus la citerne romaine.
42-  La « maison à pont » (= escalier à l’entrée) est l’une des plus belles avec ses meneaux, son linteau de porte en anse de panier, le pilier creux du « pont » servait à un charron pour refroidir le fer.

43 – Traboule (du latin trans-ambulare) à l’inverse du renon, traverse l’habitat (cf. Vieux quartier de Lyon)
Prendre à gauche la Ruelle des Fours, puis remonter le Fiscal herbeux -> Ruelle Perceval ou Maillet pour rejoindre la Rue du Bon Gravier

44 – Le Fiscal : ce chemin : rue en herbe conduit à la châtellenie où l’on payait l’impôt.
46 – Blason de la famille Chichon-Lyobard (1556) : dans la rue du Bon Gravier (nom d’une confrérie religieuse), à gauche au-dessus d’une porte, encastré dans le mur, un blason représente un chien et un léopard ou un lion.

48 – Tête du Rhône : encastrée dans le mur d’une maison, à droite, la sculpture d’une tête tournée vers le Rhône. (celle de Toni Ferret ?)

Et l’on arrive au bourg médiéval, à l’église et au château.


45 – L’église Notre Dame de l’Assomption

⦁ Histoire : L’église de Treffort date du XIVe siècle, construite entre 1376 et 1380, en période de domination savoyarde. Auparavant, les fidèles de la paroisse se rendaient « hors les murs » à la chapelle dédiée à St Pierre du prieuré de Montenay relevant de l’abbaye de Nantua (bénédictine). Au moment où le village s’installe sur cette crête rocheuse, une chapelle dédiée à St Georges est bâtie (au VIIIe ?) à l’emplacement de l’ancienne cure, puis vers 1080, près de l’ancien hôpital.
Attestée de façon sûre, la construction de l’église, dédiée à Notre-Dame de l’Assomption, commence en 1376 et dure 4 ans. Donnée aussi aux moines bénédictins de Nantua, elle devient, à l’ombre du château féodal, église paroissiale puis archiprêtré. Les moines ont fait le chœur ; les habitants, la nef ; seigneurs ou riches bourgeois, les chapelles latérales. La différence de richesse explique la différence de hauteur entre le chœur et la nef ?! mais la construction de celle-ci vient aussi de ce que, de provisoire, elle devint définitive à cause de la guerre qui interrompit son élévation.
Au début du XVIe siècle, on adjoint, au SE du cimetière, la chapelle de Lorette (1507-1527 ?) ; le presbytère en 1647 ; la terrasse de 1708 à 1719 (?).
Sous la domination savoyarde, attestée sur sa façade, l’église acquiert donc son aspect actuel, à l’exception du clocher, détruit sur ordre de Albitte, les cloches envoyées à la fonderie de Pont-de Vaux en 1794. Une cloche est rachetée en 1813 et le clocher reconstruit en 1827, non à son emplacement initial au-dessus du chœur mais en façade de la nef latérale Sud, avec un toit de style comtois. Les carrières de la région (Montmerle, Dhyuss, Drom, Pressiat) de Treffort ont fourni les pierres ainsi qu’un surplus venu de la chapelle effondrée de Sélignat.

⦁ Visite de l’église

⦁ Les blasons, en façade, datent de 1561. Au nombre de 3, de part et d’autre du porche, ils commémorent le mariage d’Emmanuel-Philibert de Savoie et de Marguerite de France, fille de François 1er, après la restitution de Treffort et de la Bresse à la Savoie à la Paix de Cateau-Cambrésis.
Un blason porte les armes de la Savoie (croix, couronne ducale) ; un autre celle de Marguerite de France (fleurs de lys, couronne royale) ; le troisième, d’Emmanuel-Philibert, celles de Savoie, plus celles de ses nombreuses possessions et le collier de l’Annonciale, ordre de chevalerie dédié à la Vierge (1364).

⦁ La façade : comprend divers décors des XIV-XV-XVIes siècles : porche surmonté d’une rosace, fenêtre de la chapelle Nord, auvent gothique qui protège une Vierge à l’Enfant. Au sommet, une croix avec oculus, branches aux fleurs de lys.

⦁ Intérieur : achevé vers 1425, comprend une nef de 22m de long par 13,7 m de large ; 5 travées ; 2 nefs latérales et plusieurs chapelles dont la chapelle de la Vierge avec une sculpture de Coysevox. Des chapiteaux de style naïf (petits personnages !) soutiennent une voûte avec croisée d’ogives et arcs doubleaux en anse de panier, plus basse que celle du chœur !
Au-delà du mur triomphal (≠ transept) à l’arc plein cintre, s’ouvre un chœur pentagonal gothique pur, avec une belle voûte, aux vitraux colorés remplacés, dans les années 90, par de plus modestes verres teintés.
⦁ Mobilier : constitue l’un des principaux attraits de l’édifice et est surtout constitué de 29 des 32 stalles de Sélignat (l’abbaye fut construite sur ordre d’un seigneur de Coligny à son départ en Croisade où il meurt en 1205, vendue comme Bien National en 1793 à l’imprimeur burgien L-H Goyffron. Les stalles sont ensuite revendues en 1800 au lieutenant criminel César Perrier de la Balme qui les revend au maire de Treffort Mariétan en 1807). Classées monument historique, elles constituent un ensemble harmonieux, orné de 17 médaillons de style régence dont 6 retracent la vie de St Bruno, fondateur de l’ordre des Chartreux (1054-1101) d’après des tableaux de Eustache Lesueur (Musée du Louvre) et sculptés par le bressan Claude Reynier en 1724. A voir également le médaillon de la condamnation du diacre Diocrès au mur de la chapelle de la Vierge.


Le Château

⦁ Les premières fortifications datent d’un peu avant l’an Mil quand Humbert de Coligny fit construire une « Maison Forte » au-dessus du village de Trefortium, mentionnée en 974. La baronnie de Coligny trouvait là la richesse viticole et des carrières dont le reste de la « Manche » avait besoin.

⦁ Mais c’est surtout après 1220 que les seigneurs du lieu et leurs successeurs dauphinois, bourguignons et, surtout, savoyards agrandissent l’ensemble en lui donnant son aspect définitif.
Grand rectangle de 60m par 43, il compte au total 8 tours, 4 à chaque angle (3 rondes et 1 hexagonale au NE) et 4 flanquant les courtines (1 ronde au NE, 1 rectangulaire) dont le puissant donjon au Nord et la tour-porche à l’Ouest. 6 de ces tours délimitent la haute cour, siège du pouvoir, ouvert par un double pont-levis (intérieur et extérieur) alors que la basse cour, en avant, est entourée d’une enceinte d’abord de bois puis reconstruite en 1302 avec 2 tours et le porche. On y trouve divers services dont le pressoir alors que le moulin à vent est situé au Nord du château.

⦁ Les murs du château, commencés en 1304, restent indépendants de ceux du bourg jusqu’en 1345, quand Louis de Savoie autorise leur jonction.

⦁ Résidence des seigneurs, le château fut, pendant plus d’un siècle, celle de souverains savoyards avant que ceux-ci ne fassent construire leur château dans leur capitale de Chambéry.
Commence alors unelongue période de déclin. Démantelé, il tombe en ruine; sert souvent de carrière avant que Toni Ferret ne l’achète, le reconstruise en partie et y meurt en 1923

⦁ Les carreaux plombés : Dans les appartements seigneuriaux, des carreaux plombés, datant du début XIV, ont été trouvés. Ils sont faits d’argile, terre rouge qui constitue le fond du carreau et de la terre blanche (argile réfractaire appelée engobe) incrustée dans l’argile rouge pour donner le dessin. La préparation est complexe et, saupoudrés de plomb lors de la mise au four, le feu leur donne un vernis vitreux de coloration jaune. Ils peuvent être unicolores ou bicolores (15cm × 12). La « Carronnière » (1 four + un vaste séchoir) où on les fabriquait se situait au lieu-dit « Gas de Bac »

Et c’est par deux fontaines, de Carouges et de Pithioud, que se termine la visite

53 La fontaine de Carouge (1850) : Au carrefour de 4 chemins (quadrivium) E-O par les Engoulures, N-S par Cuisiat, la fontaine romaine, changée à la Renaissance avec sa vasque dans une niche, avec rosace et colonnettes, se complète de 2 bassins-abreuvoirs ajoutés au XIXe. Elle est alimentée par la source des Prêles
35 Porte Sud de la ville : pont-levis et fossé en eau ont disparu.
Fontaine Pithioud

Rejoindre le parking du champ de foire. La visite est terminée !

Treffort, le village aux sept fontaines :
53  Fontaine de Carouge : Au carrefour (quadrivium) de la rue du Bon Gravier et du chemin des Engoulures. D’abord romaine, modifiée à la Renaissance, elle est alimentée par la source des Prêles. Les abreuvoirs latéraux ont été rajoutés au XIXe.
2 Fontaine de la Place (1840) : représente un chapeau bressan dont la mousse serait la dentelle ! (Champ de Foire)
6 Fontaine des Trois Jets : architecte Josserand, entrepreneur Delneste, elle fut construite au XIXe (1840 ou 1887). Jusqu’en 1903, lors du Comice Agricole, en cas de bonne récolte, le vin y coulait par les Trois Jets !
Fontaine Pithioud (1896) construite lors de son élection comme maire.
Fontaines de la Grande Rue et de l’église : elles ne coulent plus mais servent de bacs à fleurs